• Home
  • /Actu
  • /Nous luttons contre la calvitie grâce aux cellules souches 

Nous luttons contre la calvitie grâce aux cellules souches 

Les recherches de cellules souches réalisées par le Dr. Insalaco pourraient changer la vision qu’on peut avoir sur l’implantation de cheveux.

Dr cole

Chiara Insalaco aide à changer la façon dont les chirurgiens esthétiques traitent la chute de cheveux.

Docteur en médecine et résidante à l’université de Rome « La Sapienza », elle poursuit actuellement son doctorat en Sciences Chirurgicales Appliquées à l’université Tor Vergata.

Un de ses principaux axe de recherche ? La thérapie par cellules souches pour la greffe de cheveux. Le Dr. Insalaco est actuellement un membre clé, d’un projet de recherches de pointe, dirigé par Forhair Clinic d’Atlanta et le Laboratoire Artemisia. Ils espèrent révéler au monde entier une méthode révolutionnaire de restauration du cheveu.

Pouvez-vous nous parler de votre travail à l’international ?

Cela a commencé il y a 2 ans avec des projets de recherches dans la médecine régénérative. Naturellement, nous avons commencé à chercher des traitements viables pour la perte de cheveux qui exploiteraient les cellules souches. Le projet se poursuit à Forhair Clinic à Atlanta avec le Dr. John P. Cole, un expert en implant capillaire. Les recherches aux Etats-Unis comportent moins de contraintes économiques et administratifs, ce qui nous permet d’identifier plus rapidement les solutions et les pièges.

Des cellules souches contre la calvitie ?

Nous sommes la première équipe à examiner l’utilité des cellules souches folliculaires pour la repousse des cheveux. Jusqu’à maintenant, les chercheurs ne coordonnaient, ni ne différenciaient les variantes entre cellules souches.

De ce qui en résulte, la plupart des cellules souches sont par défaut, adipeuses ou grosses. Cependant, les cellules souches adipeuses et folliculaires ont des origines embryonnaires différentes. Actuellement, nous cherchons à localiser précisément le meilleur endroit où extraire les cellules souches folliculaires. Le bulbe folliculaire retient une forte attention, car il représente la meilleure concentration de cellules souches folliculaires.  Notre technique actuelle consiste à isoler et traiter ces cellules souches avec une machine provenant d’une société italienne.

Quels sont les avantages ?

Notre sérum actuel aide à stimuler la repousse du cheveu. Les résultats des patients sont nettement meilleurs que les traitements génériques au Plasma Riche en Plaquettes (PRP). Les effets de nos cellules souches se maintiennent avec le temps. Il n’y a pas de risques de rejets ou d’infections, et les patients ressentent peu voire aucune douleur. Nous sommes encore en phase d’expérimentation et de collecte de données, mais il est déjà évident que cette thérapie est une avancée considérable en comparaison des traitements actuels.

Quels sont la durée et les prix ?

Les patients voient des résultats probants à partir de 3 mois à 6 mois voire 1 an. Cette opération s’élève à environ 1800$, le prix d‘une amélioration considérable par rapport aux greffes de cheveux, qui, souvent, nécessite un coup d’environ 8500$. A savoir que notre traitement n’est disponible que dans les établissements autorisés.

Vous parlez de maladies, mais aux yeux de la loi italienne, c’est de l’esthétisme…

Les hôpitaux italiens ne considèrent pas la calvitie comme une maladie. Cependant, il fonctionne comme tel et les Etats-Unis reconnaissent ce fait. Les personnes peuvent devenir chauve pour de nombreuses raisons, mais l’alopécie, qui est une réaction autologue, est la plus commune, qui peut être considérer comme une maladie de la thyroïde. En bref, la plupart des cas de perte de cheveux ont une pathologie qui coïncident avec d’autres maladies auto-immunes et les traitements efficaces doivent être reconnus comme tels. Sans détailler l’impact social et psychologique dévastateur, que la perte de cheveux peut avoir sur une personne, homme ou femme.

Quel est votre message ?

Selon la science, la majorité des chutes de cheveux est une pathologie. Les recherches et les traitements devraient se concentrer sur l’origine plutôt que sur l’esthétique. Une telle mentalité conduira à des résultats plus efficaces. L’attitude actuelle décourage l’innovation et entrave les recherches. Les patients devraient chercher des chirurgiens qui sont spécialisés dans la restauration capillaire plutôt que ceux spécialisés en esthétique générale […]

Cet article a été tiré d’un magazine italien : lastampa.it & forhair.com