• Home
  • /Actu
  • /Cellules souches et clonage capillaire

Le début du clonage capillaire ?

Nouveaux résultats avec des cellules souches et nouveaux cheveux

Bulbes obtenus depuis des cellules souches

Bulbes obtenus depuis des cellules souches

Les chercheurs de Sanford-Burnham qui travaillent sur l’utilisation des cellules souches ont avancé avoir réussi à fabriquer des follicules pileux et obtenu des nouveaux cheveux à partir de cellules souches.

Un nouveau rapport prétend que les chercheurs de l’Institut de Recherches Sanford-Burnham ont utilisé des cellules de souches humaines pour faire pousser des nouveaux cheveux. C’est une extraordinaire nouvelle si cette étude se confirme dans les prochaines années. Si cette thérapie s’avère être efficace et sans danger elle sera la première étape de la fin de la calvitie pour pratiquement tous les patients. C’est le tant attendu Clonage Capillaire.

Les interventions de greffe de cheveux seraient faisables sans avoir besoin de puiser dans la zone donneuse et donc sans limite sur le nombre de greffes transplantables. La chirurgie de la greffe de cheveux deviendrait illimitée pour les hommes et les femmes.

Cette sorte de thérapie contre la perte de cheveux doit encore être testée puis approuvée. Mais L’équipe Hairmed est enthousiasmée par la nouvelle et nous suivrons l’évolution de très près. Félicitations au Dr Terskik et son équipe pour cette percée incroyable.

Voici une traduction du texte original qui est accessible en anglais sur cette page:

 » Dans une nouvelle étude, les chercheurs de Sanford Burnham ont utilisé des cellules souches pluripotentes pour générer de nouveaux cheveux. Cette étude représente la première étape vers le développement de traitements cellulaires pour les personnes souffrant de perte de cheveux. Rien qu’aux USA, plus de 40 millions d’hommes et 21 millions de femmes sont touchés par la chute de cheveux. La recherche a été publiée en ligne sur PLOS ONE. « Nous avons développé une méthode utilisant des cellules souches pluripotentes pour créer des nouvelles cellules capables d’initier une pousse de cheveux humains. Cette méthode est une avancée marquée sur les méthodes actuelles qui se basent sur le principe de transplanter des follicules existants depuis une partie de la tête vers une autre partie. » explique le Dr Alexey Terskikh, Ph.D., professeur associé au programme de régénération, Vieillissement, et Développement. « Notre méthode à base de cellules souches permet une source illimitée de cellules pour le patient et n’est pas limitée pas la disponibilité des follicules existants. L’équipe de recherche a développé un protocole qui conduit la cellule souche pluripotente humaine à devenir une cellule de papille dermique. Ce sont des types de cellules uniques qui régulent la formation de follicules pileux et les cycles de pousse. Les cellules de papilles dermiques humaines seules, ne sont pas adéquates pour la greffe de cheveux car elles ne peuvent pas être obtenues en nombre suffisant et celles-ci perdent rapidement leur habilité de produire un follicule pileux en culture. « Chez l’adulte les papilles dermiques ne peuvent pas être amplifiées hors du corps et elles perdent leurs propriété de fabrication de cheveux » explique Dr Terskikh. « Nous avons développé un protocole qui conduit les cellules souches humaines pluripotentes  pour se différentier en cellules de papilles dermiques et confirmé leur habilité de provoquer de la pousse de cheveux lorsque transplanté sur des souris ». « Notre prochaine étape est de transplanter les cellules de papilles dermiques humaines dérivées de cellules souches pluripotentes chez des sujets humains. Nous sommes à la recherche de partenaires pour commencer cette dernière étape »

Site de l’institut de recherche Sanford Burnham: http://beaker.sanfordburnham.org/2015/01/using-stem-cells-to-grow-new-hair/#sthash.QPZBc0yP.dpuf

Lien vers l’inserm, article sur cellules souches et thérapie cellulaire : http://www.inserm.fr/thematiques/immunologie-hematologie-pneumologie/dossiers-d-information/cellules-souches-et-therapie-cellulaire